L'amertume n'a pas encore atteint sa limite.

Tant que dans ce corps les lames s'agitent.

En rythme avec le temps qui s'effrite,

Le cœur se métamorphose en granite.

 

Seul dans le noir, tout s'éclaircit,

Puis soudain l'inspiration surgie.

Dans ce monde dépourvu de magie,

Les maux s'enchaînent, puis la peine suit.

 

Il y a toujours ce piètre mal-être.

Exposant fièrement les plaies ouvertes,

Pour lui, il n'y donc pas de pertes,

Prêt à tout pour rendre l'âme inerte.

 

Saisissant la plume d'un air abattu.

Le vide autour est la seule vertu.

Un peu confus, si seulement j'avais su,

Que dans les livres, tout n'est pas lu.

 

À cœur ouvert, je livre ce qui m'est chère.

Avec de simples mots, contés mon air.

Des métaphores afin de faire briller le port,

Pour un tant soit peu dissiper le sort.

 

Le sentiment d'être enfin vivant,

Cela malgré le manque des sentiments.

Mais la joie devra attendre sagement.

Que le linceul se déchire au vent.

 

Merci de laisser un commentaire !

Gravatar
Poète-Masqué
...Une ombre filait, clamant entre les lignes : « Nous avons tous un livre dans le cœur ! Alors ouvrons le livre ! Alors ouvrons nos cœurs ! Alors ouvrons nos mains ! Nous écrivons ensemble le poème du monde !... » …

Au plaisir de lire d'autres mots que ton coeur aura ouvert

Tcho tcho

0

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal